Presse II













Louis-Evrard Desanlis www.louis-evrarddesanlis.com


Boris Mestchersky est un artiste atypique s’il en est. Issu d’une famille de la première émigration russe, il passa son enfance entre l’Espagne et la Wallonie où il intégra notamment l’excellente Académie des Beaux-Arts Saint Luc de Liège, ayant subi l’influence d’une mère elle aussi artiste peintre.
En Russe, l’acte de peindre se dit « écrire », l’on écrit donc un tableau ; et sans doute le pinceau de Boris Mestchersky n’est-il jamais aussi russe que lorsqu’il « peint ». En effet, il est très intéressant de voir le processus créatif de l’artiste, si son pinceau agit tel le véritable prolongement de sa main, il se meut pourtant comme s’il était indépendant, donnant naissance à sorte d’une écriture automatique, quoique bel et bien inspirée. Ecrivant plus qu’il ne trace, le pinceau se promène sur le papier comme sur la toile suivant un parcours dont la précision n’a d’égale que son premier aspect : léger, comme à l’improviste. Et, c’est de ce premier sentiment d’improvisation que provient l’indéniable musicalité de son art et, ses lignes sont celles d’une partition visuelle, rythmée par les aplats et les fondus de sa palette chatoyante où apparaissent, visages et silhouettes.
Nous parlions d’écriture « inspirée », et l’artiste d’affirmer sans détours qu’il aime puiser ses sujets dans sa Foi, dans les Ecritures, voire les contes. Tel Marc Chagall en son temps ranimant de sa créativité ces sujets, Boris Mestchersky, s’approprie ces histoires et les raconte avec son propre langage pictural. L’artiste se fait alors conteur, ses lignes, ses ornements prennent alors la dimension d’un décor évoquant à certains égards l’univers d’Ivan Bilibine, passé maître dans l’illustration des Skazkis, les fameux contes russes et leur féérie.
Actif depuis plus de trente ans, Boris Mestchersky est un artiste qui expose fréquemment dans des galeries et centre d’art européens et ses œuvres sont présentes dans de prestigieuses collections publiques et privées, et compose en usant de divers techniques et médias : huile, encre de chine, gravure etc…
 L’Archipel porte une dédicace à Alexandre I. Soljenitsyne auteur du monument de la littérature L’Archipel du Goulag, ce qui lui confère une portée et une valeur ajoutée signifiante. Mais chez Boris Mestchersky, L’Archipel est un réseau d’îles entourées d’une mer aux rivages bleus et turquoises. La frontalité apparente du tableau est transgressée par un réseau de lignes en camaïeux qui agissent comme une carte figurant ses reliefs, l’on est littéralement invité à la lecture de cette carte et son réseau de lignes aux tracés rouges étranges qui peuplent ces terres imaginaires.






Aucun commentaire:

Publier un commentaire